Nouvelles

Histoire de l'Arkansas - Histoire

Histoire de l'Arkansas - Histoire

Arkansas

L'Arkansas a été admis dans l'Union le 15 juin 1836 en tant que 25e État. Le nom est dérivé d'un mot utilisé par les Indiens Quapaw pour désigner le territoire qui comprend maintenant l'État. Le missionnaire et explorateur jésuite, Pere Jacques Marquette et ses confrères ont enregistré le terme comme Alkansas et comme Akamsea. Aucune signification pour le mot algonquin lui-même n'a été trouvée.

je

(ScStr : t. 752 ; 1. 191' ; n. 30' ; dph. 19' ; s. 15 k. ; cpl. 88 ; a. 4
32 livres sb., 1 12 livres dr.)

Le premier Arkansas, un bateau à vapeur à vis à coque en bois, gréé en barkentine, construit à Philadelphie en 1863 sous le nom de Tonawanda, fut acheté par la Marine à Philadelphie le 27 juin 1863 à MM. S. & J. M. Flanagan ; et commandé dans le Philadelphia Navy Yard le 29 juin 1863, sous le commandement du lieutenant volontaire par intérim William H. West.

Affecté au West Gulf Blockading Squadron, le nouveau vapeur se présente le 10 octobre 1863 au commodore Henry H. Bell, qui commande temporairement l'escadron pendant que le contre-amiral David G. Farragut est en congé chez lui. Elle a reçu la tâche de maintenir les communications et de transporter des fournitures aux navires de guerre de l'Union qui étaient stationnés sur

ckade devoir le long de la côte du Texas. Tout au long de sa carrière navale, il a alterné avec Augusta Dinsmore lors de croisières logistiques qui les ont conduits aussi loin au sud que Brownsville, au Texas.

Le 27 septembre 1864, alors qu'il naviguait dans le golfe sur l'une de ces routes de ravitaillement, l'Arkansas, alors commandé par le lieutenant volontaire par intérim David Cate, rencontra la goélette Watchful qui naviguait prétendument de New York à Matamoras, au Mexique, avec une cargaison de bois et de pétrole. Son capitaine a affirmé que son navire avait commencé à fuir; et il avait donc changé de cap vers la Nouvelle-Orléans pour chercher des réparations. Cependant, lorsque Cate a examiné la cargaison de la goélette, il a trouvé des caisses d'armes cachées sous le bois et a par conséquent saisi le navire qu'il a envoyé à la Nouvelle-Orléans sous la direction d'un équipage de prise pour décision.

Après l'effondrement de la Confédération, l'Arkansas a quitté la Nouvelle-Orléans le 5 juin 1865 et a navigué vers le nord jusqu'à Portsmouth, NH. Lixiviation de Portsmouth. Redocumenté sous le nom de Tonawanda le 1er août 1865, le bateau à vapeur a servi de navire marchand côtier jusqu'à ce qu'il s'échoue à Grecian Shoals, en Floride, le 28 mars 1866 et qu'il soit perdu.


Histoire de l'Arkansas - Histoire

De nombreux premiers documents du comté de Newton ont été détruits lorsque le palais de justice a brûlé pendant la guerre civile. Le recensement de 1850, l'arpentage et les registres d'entrée des terres de 1838 à 1845 fournissent l'historique enregistré le plus fiable. Ils indiquent que les colons ont commencé à s'installer ici dès 1825.

Cependant, les premières personnes à vivre dans le comté sont probablement arrivées à l'époque paléo, entre 20 000 et 9 000 av. Ils ont été suivis par les Indiens de la période archaïque, 8 000 à 1 000 av. Des vestiges de leur occupation peuvent encore être trouvés dans des abris de falaise orientés au sud.

Lorsque les pionniers ont commencé à pousser vers l'ouest, la région a été établie sur le territoire des tribus des plaines et il existe des documents montrant que les tribus Cherokee, Choctaw, Fox, Kickapoo, Sack et Osage vivaient ou visitaient le comté de Newton.

Avec les traités de 1808 et 1818, la nation Cherokee s'est scindée et ceux du comté de Newton faisaient partie des Cherokee de l'Ouest qui voulaient préserver leur tradition et leur patrimoine en évitant tout contact avec les Blancs.

Pendant ce temps, le Cherokee Sequoyah aurait vécu près de Deer, utilisant le nom de George Guess. Pendant son séjour là-bas, il a développé l'alphabet Cherokee et, en 1828, les Cherokees avaient une langue écrite complète.

Les Choctaw, cependant, étaient les derniers propriétaires fonciers légaux avant la vague de nouveaux colons et ont été les derniers à disparaître de la région. En 1838, tous ceux qui restaient avaient été assimilés dans des colonies blanches.

Jasper était une ville établie en 1840. L'un des premiers résidents fut John M. Ross, un Choctaw, qui devint le premier maître de poste et le premier greffier de comté, en poste de 1842 à 1846. Son salaire pour l'année 1845 était de 7,09 $. Le gouverneur Archibald Yell a signé la loi créant le comté de Newton à partir d'une partie du comté de Carroll le 14 décembre 1842.

Bien que Ross ait conservé les dossiers du comté dans sa cabane à Jasper pendant son mandat, le premier siège du gouvernement du comté était la maison de John Bellah sur Shop Creek près du Parthénon. Jasper est devenu le siège du comté en 1843.

En 1850, la population du comté de Newton était de 1711. Le prix moyen de 40 acres de terre était de 50 $. De nouvelles villes ont commencé à surgir sur les 846 milles carrés du comté et en 1856, il y avait 10 bureaux de poste. Dans l'ordre dans lequel ils ont été établis, il s'agissait de Jasper, Walnut Fork, Borland, Mt. Parthenon, Whiteley, Denton, Forest Home, Marshall Prairie (maintenant Western Grove), Cave Creek et Mt. Judea.

Les premiers colons n'ont pas été épargnés par la guerre civile. Plusieurs escarmouches ont eu lieu dans la région et de nombreuses familles ont raconté des histoires de "bushwhackers", des gangs de hors-la-loi partisans. La Confédération avait une usine de salpêtre à Boxley et l'une des batailles les plus connues de la région s'est produite lorsqu'un détachement de la première cavalerie de l'Iowa l'a capturé et détruit le 12 janvier 1863, a fait 17 prisonniers et a saisi deux machines à vapeur, trois chaudières et sept bouilloires en fer. . Ils ont détruit trois wagons concord, deux charrettes et une demi-tonne de salpêtre. Au cours des combats à Jasper, les soldats de l'Union, à la recherche du chef de la guérilla confédérée John Cecil, ont incendié la ville.

Dans les années d'après-guerre, les communautés se sont développées et des écoles ont été construites. Au tournant du siècle, le coton était la culture principale, bien que le charançon de la capsule l'ait finalement anéanti. La plupart de l'industrie était liée à l'abondance du bois. Les grands camps de bûcherons récoltaient du chêne pour les boulons à douelle et Sutton Wood Products a été fondée à Lurton sous le nom de Lurton Furniture Factory. À Ponca, l'extraction du minerai de plomb a créé une ville en plein essor.

Dès le début de la colonisation blanche du nord-ouest de l'Arkansas, la région a acquis une réputation de cachette pour les notoires. Au début, c'était parce que les montagnes étaient encore un territoire indien et que la loi indienne n'avait aucune juridiction sur les fugitifs blancs qui se sont précipités dans les collines escarpées pour cacher. Plus tard, les colonies, les lois et les soldats de la paix ont fait de leur mieux pour apprivoiser la région, mais le terrain était toujours en faveur des hors-la-loi et du gibier et beaucoup d'eau douce permettait à un homme seul ou à tout un gang de camper indéfiniment dans certains endroit éloigné jusqu'à ce que le chauffage soit éteint. Même plus tard, le franchissement d'une frontière d'État mettait souvent les contrevenants hors de portée de leurs poursuivants.

Il y avait aussi des querelles où la loyauté familiale comptait plus que la structure formelle de la loi. Une telle querelle a éclaté entre les familles Miller et Robinson dans la région de Kenner Creek le long de la limite du comté de Carroll Newton avant la guerre de Sécession. À cette époque, les colons revendiquaient les terres du gouvernement en payant 1,25 $ par acre "quotentry fee". Marion Miller voulait « entrer » dans des bas-fonds appartenant au gouvernement et a parcouru 60 miles jusqu'au bureau des terres de Fayetteville pour découvrir qu'il avait été devancé par George Robinson. Peu de temps après, quelqu'un a tiré sur Robinson sur la route près de la place Miller et plus tard, il a été tué. Ensuite, le père de Miller a été « jugé » par une foule de citoyens autoproclamés et pendu. Marion Miller a combattu pendant la guerre civile, mais lorsqu'il est rentré chez lui, il s'est livré à un saccage qui aurait fait 15 morts avant d'être lui-même tué.

La guerre civile était l'ère du bushwhacker dans le nord-ouest de l'Arkansas. Les esprits s'échauffaient et il y avait des sympathisants des deux côtés qui vivaient ici. Il existe de nombreuses histoires de terrorisme transmises par les familles locales. Le chef du gang local le plus notoire était le chef Longhair, un habitant de Cave Creek d'ascendance mixte qui a été tenu responsable d'au moins deux meurtres et d'innombrables actes de violence contre des sympathisants du Nord. Longhair a finalement rencontré la justice des justiciers. Il a été pendu à la fourche d'un sycomore près des fourches de Big Creek, juste au nord du mont Judée.

La fin de la guerre n'a pas mis fin à la proscription et des hommes comme Jesse James et Cole Younger ont commencé des carrières qui allaient devenir célèbres. Jesse et son frère Frank étaient des sympathisants du sud qui ont rejoint les guérillas confédérées dirigées par William C. Quantrill. Après la guerre, leur gang, qui comprenait les trois frères Younger, a été actif pendant 13 ans, de 1866 à 1879, dans une région allant de l'Arkansas au Colorado en passant par le Texas. Ils sont crédités d'au moins un crime dans ce domaine, le vol d'une diligence au sud d'Eureka Springs. Cependant, la légende veut généralement que les frères James soient venus ici pour se rafraîchir les talons entre les vols et ont maintenu un profil bas tout en utilisant fréquemment l'est du comté de Madison et l'ouest du comté de Newton comme lieu de repos.

Après la mort de Jesse, Frank a conclu un accord de reddition et a disparu de la scène publique. À peu près à la même époque, Joe Vaughn s'est installé dans une ferme à Wayton où il est resté seul et a élevé sa famille. Il y avait, selon les historiens de la famille, certains dans le comté qui connaissaient son identité, mais dans la tradition montagnarde, il a été laissé seul. L'un de ceux à qui il a révélé son identité était "Yank" Sutton, qui a travaillé avec lui pour arpenter tout le comté. Juste avant sa mort, Joe a donné à sa famille une courte autobiographie. Les descendants disent qu'un sosie a été persuadé de se rendre pour Frank James et il a changé son nom et a déménagé dans le comté de Newton.

Belle Starr, la reine hors-la-loi, est née Myra Belle Shirley à Carthage, Missouri. Bien que sa présence le long de la frontière ouest de l'État soit documentée, elle ne figure pas dans la légende locale, mais son neveu Henry Starr a été mortellement blessé lors d'une tentative de hold-up de la Banque nationale du peuple à Harrison en février 1921. Les restes de Starr étaient exposés dans la vitrine du magasinier de meubles local qui faisait également office de croque-mort.

Cole Younger a survécu à tout le reste du gang James and Younger, peut-être uniquement parce qu'il a été capturé lors de la célèbre tentative de vol à Northfield, Minnesota en 1876 et a passé 25 ans en prison. Comme les frères James, il aurait été membre de la guérilla de Quantrill et aurait probablement combattu à la bataille de Prairie Grove pendant la guerre de Sécession. En 1912, Younger a parlé à ce que le journal local a appelé la plus grande foule jamais vue à Berryville sur "Ce que la vie m'a appris". Le North Arkansas Star du 2 février 1912 l'a décrit comme "non seulement un hors-la-loi, il emportait également avec lui un exemplaire de la Sainte Bible et était un lecteur avide des Écritures. »

Les 36 hommes qui ont signé un engagement à prendre les armes si nécessaire pour résister à la conscription pendant la Première Guerre mondiale ne se considéraient pas comme des contrevenants. Ils ne voyaient aucune raison de se battre contre les Allemands au nom de « compagnons au chapeau de soie à New York ». pour gagner beaucoup d'argent." Pendant deux ans, de 1917 à 1918, ils se sont cachés avec succès à Cecil Cove, une zone de 12 milles de long et de huit milles de large dans la partie nord du comté, évitant le shérif du comté, les députés fédéraux et un colonel de l'armée. Finalement, les « Slackers », comme on les appelait, ont conclu un accord selon lequel le gouvernement ne les poursuivrait pas et se sont rendus.


Chronologie de l'histoire de l'Arkansas

Géographiquement situé au nord de la Louisiane et flanqué à l'est de la rive ouest du Mississippi, le développement de l'État de l'Arkansas s'est étendu sur trois siècles. Bien avant que les pionniers des États-Unis nouvellement formés ne traversent les Blue Ridge Mountains et ne tentent de s'installer le long des rivières Ohio et Mississippi, les explorateurs espagnols et français sont tombés sur les peuples autochtones vivant dans ce qui est maintenant l'Arkansas.

L'Arkansas faisait partie des terres acquises lors de l'achat de la Louisiane, l'Arkansas est devenu un territoire séparé en 1819 et a obtenu le statut d'État en 1836. État esclavagiste, l'Arkansas est devenu le neuvième État à se séparer de l'union et à rejoindre les États confédérés d'Amérique. Aujourd'hui, l'Arkansas se classe au 27e rang parmi les 50 États de superficie, mais, à l'exception de la Louisiane et d'Hawaï, c'est le plus petit État à l'ouest du fleuve Mississippi.

Chronologie de l'histoire de l'Arkansas au 16ème siècle

1541 - 18 juin - Hernando de Soto d'Espagne fut le premier Européen à explorer l'Arkansas.

Chronologie de l'histoire de l'Arkansas du 17ème siècle

1673 - Juillet - Les explorateurs français Louis Jolliet et le père Jacques Marquette descendent le Mississippi jusqu'à l'embouchure de la rivière Arkansas. Avertis par les Indiens Quapaw (Arkansas) des tribus hostiles plus au sud, ils font demi-tour. En juillet 1674, ils rebroussent chemin vers le nord, ayant atteint les villages quapaw de "Akansae" ou "Kappa" près du confluent des fleuves Arkansas et Mississippi.

1682 - 13 mars - René-Robert Cavelier, sieur de La Salle, atteint l'Arkansas en route vers l'embouchure du Mississippi. Il visite un village Quapaw et revendique la terre au nom du roi Louis XIV.

1686 - Henri de Tonti a fondé l'Arkansas Post, la première colonie de la basse vallée du Mississippi. Il a servi de poste de traite, de point de passage pour les voyages sur le fleuve Mississippi et de siège d'une mission jésuite pendant quelques années.

Chronologie de l'histoire de l'Arkansas au XVIIIe siècle

1721 - Un groupe de 1 300 colons à moitié affamés - des esclaves blancs et noirs - abandonne l'Arkansas Post après l'effondrement du projet de John Law de développer la vallée du Mississippi.

1762 - La France cède le territoire de la Louisiane, y compris l'Arkansas, à l'Espagne, mais des soldats français continuent d'occuper l'Arkansas Post.

Chronologie de l'histoire de l'Arkansas au XIXe siècle

1803 - Les États-Unis achètent le territoire de la Louisiane à la France, qui l'avait repris à l'Espagne dans le cadre du traité de San Ildefonso.

1818 - Les Quapaw cèdent leurs terres entre les rivières Rouge et Arkansas.

1819 - 2 mars - L'Arkansas, qui fait partie du territoire du Missouri depuis 1812, est détaché et fait un territoire. 20 novembre : Arkansas Gazette, le premier journal de l'Arkansas, publié.

1821 - 25 octobre - La capitale déménage de l'Arkansas Post à Little Rock.

1822 - 16 mars - Le Aigle, premier bateau à vapeur à remonter la rivière Arkansas, arrive à Little Rock.

1830 - 28 mai - Le Congrès établit la frontière séparant l'Arkansas du territoire indien à l'ouest.

1832-1839 - Retrait des "Cinq tribus civilisées" d'Indiens du sud-est à travers l'Arkansas jusqu'au territoire indien.

1836 - 15 juin - L'Arkansas est devenu le 25e État le 15 juin 1836, avec Little Rock comme capitale.

1846 - Désabusés par l'effondrement de deux banques à charte d'État, les législateurs ratifient un amendement constitutionnel interdisant à toute institution bancaire de s'établir dans l'État.

1858 - Peintures Edward Payson Washburn Le voyageur de l'Arkansas.

1859 - 12 février - Signature d'une loi ordonnant à tous les Noirs libres de quitter l'Arkansas d'ici la fin de l'année.

1860 - A la veille de la guerre civile, l'Arkansas compte 435 450 habitants, dont 111 115 sont des esclaves noirs et 11 481 sont des propriétaires d'esclaves.

  • Février - La Constitution confédérée provisoire est adoptée (Jour de la Constitution confédérée). Arsenal à Little Rock, AR occupé par les troupes de l'État
  • 6 mai - Une convention vote pour se séparer de l'Union et rejoindre la Confédération. Le premier des quelque 60 000 habitants de l'Arkansas rejoint les troupes confédérées, mais quelque 9 000 Blancs et plus de 5 000 Noirs se battent du côté de l'Union pendant la guerre.
  • 7-8 mars - Bataille de Pea Ridge dans le nord-ouest de l'Arkansas. Une avance confédérée vers le nord est repoussée.
  • 2 août - Escarmouche à Jonesboro, AR
  • 25 juillet - Escarmouche à Brownsville, AR et Williamsburg, KY
  • 10 septembre - Les troupes fédérales occupent Little Rock.
  • Une convention unioniste abolit l'esclavage dans l'Arkansas et adopte une nouvelle constitution pour l'État.
  • Escarmouche à Benton, AR et Pleasant Hill, MO

1866 - Août - Les ex-confédérés balayent le contrôle de la législature et adoptent des lois refusant aux Noirs le droit de siéger dans des jurys, de servir dans la milice ou de fréquenter les écoles publiques blanches.

1867 - 2 mars - Le Congrès adopte le Reconstruction Act, qui annule le gouvernement de l'Arkansas et de neuf autres États du sud.

1868 - 13 mars - Une nouvelle constitution adoptée par référendum affranchit les Noirs et prive du droit de vote les anciens soldats confédérés. 22 juin. L'Arkansas est réadmis dans l'Union. Novembre. Le gouverneur Powell Clayton déclare la loi martiale dans une grande partie de l'État, une milice majoritairement noire combat le Ku Klux Klan.

1871 - Achèvement d'un chemin de fer entre Memphis et Little Rock.

1872 - Ouverture de l'Université de l'Arkansas à Fayetteville.

  • 15 mai - La « guerre Brooks-Baxter » d'un mois entre les prétendants rivaux au poste de gouverneur prend fin lorsque le président Ulysses S Grant ordonne aux forces du premier de se disperser.
  • 13 octobre - La ratification d'une nouvelle constitution rétablissant le droit de vote à tous les Blancs et garantissant l'intégralité des droits civils aux Noirs met fin à l'ère de la Reconstruction.

1887 - La bauxite découverte au sud-ouest de Little Rock, le pic de production est atteint en 1918, date à laquelle presque toute la bauxite américaine est extraite dans l'Arkansas.

1891 - La législation Jim Crow sépare les voitures de chemin de fer et les gares d'attente.

1892 - L'adoption d'un amendement constitutionnel imposant une taxe de vote restreint l'électorat.

1898 - Le parti démocrate adopte des élections primaires réservées aux Blancs.

1899 - L'extraction de la bauxite a commencé en 1899 et l'Arkansas a rapidement dominé tous les autres États en production.

Chronologie de l'histoire de l'Arkansas au 20e siècle

1904 - Près d'Ulm, William H Fuller cultive un stand de riz de 70 acres, établissant l'une des principales cultures de l'État.

1906 - 1er août - Diamants trouvés près de Murfreesboro, qui devient le site de la seule mine de diamants aux États-Unis.

1909 - La production de bois d'œuvre est la principale industrie de l'État.

1915 - L'Assemblée générale de 1915 a promulgué une loi sur le gibier et le poisson à l'échelle de l'État et a créé la Commission du gibier et du poisson.

1920 - Plus de 40 pour cent des terres cultivées sont en coton, principale culture de l'État.

  • La première station de radio, WOK à Pine Bluff, a commencé à émettre en 1921.
  • 10 janvier - La découverte de pétrole près d'El Dorado déclenche un boom L'Arkansas est au quatrième rang des États producteurs de pétrole en 1924, mais la production culmine en 1925.

1927 - Le fleuve Mississippi inonde un cinquième de l'État.

1953 - La station de télévision KATV à Little Rock a été diffusée en 1953

1955-1967 - Orval E. Faubus a été le premier gouverneur de l'Arkansas à être élu pour six mandats (1955-67).

1957 - Le président Eisenhower a dû envoyer des troupes américaines pour aider les Afro-Américains à fréquenter le Central High School de Little Rock.

1967 - Winthrop Rockefeller est devenu le premier gouverneur républicain de l'Arkansas depuis la Reconstruction.

1968: Lors d'une session extraordinaire en février, l'Assemblée générale adopte 67 projets de loi, dont une loi sur la liberté d'information et la première loi générale sur le salaire minimum de l'État. En novembre, l'Arkansans ratifie l'amendement 53, autorisant les jardins d'enfants dans les écoles publiques gratuites de l'État.

1969: L'Université de l'Arkansas met en place un système multi-campus.

1970: Dale Bumpers de Charleston est élu gouverneur, promettant de débarrasser l'Arkansas de "la vieille machine et la machine à sous". En février, un juge fédéral déclare le système pénitentiaire de l'Arkansas inconstitutionnel.

1974: Dale Bumpers défie avec succès J. William Fulbright dans la primaire démocrate et remporte les élections au Sénat américain. David Pryor de Camden est élu gouverneur. William J. Clinton, professeur à la faculté de droit de l'Université de l'Arkansas, perd sa course pour le siège du Congrès du troisième district.

1975: Suite à la fin du conflit vietnamien, un nombre important d'immigrants vietnamiens sont relocalisés au Camp Chaffee, près de Fort Smith, où beaucoup finissent par s'installer. Le 11 octobre, le professeur William Clinton épouse Hillary Rodham.

1976: Le professeur Clinton est élu procureur général, défendant l'indemnisation des victimes, les droits des personnes âgées, des lois éthiques strictes pour les fonctionnaires, une surveillance plus stricte des services publics et s'opposant à l'appel téléphonique payant à vingt-cinq cents.

1978: Le procureur général Bill Clinton est élu gouverneur.

1980: L'Arkansas est classé parmi les cinq premiers États en pourcentage de la population âgée de plus de 65 ans, en raison du « Mouvement des retraités ». Bill Clinton est battu par Frank White, autrefois démocrate, dans sa candidature pour un second mandat de gouverneur.

1982: La loi sur la "science de la création" de l'Arkansas est annulée par le tribunal fédéral de district Bill Clinton est réélu gouverneur.

1983: La loi sur l'éducation de qualité est adoptée par l'Assemblée générale. L'éducation redevient une question largement débattue au sein de l'Arkansas.

1984: Les électeurs approuvent l'amendement 63 accordant aux fonctionnaires à l'échelle de l'État des mandats de quatre ans plutôt que de deux ans. Clinton est réélu gouverneur.

1986: Clinton est à nouveau réélu, cette fois pour un mandat de quatre ans.

1988: La Mississippi Delta Commission est créée avec pour mission d'enquêter et d'améliorer la vie dans le delta.

1990: Le gouverneur Clinton remporte un cinquième mandat de gouverneur. Les Latinos sont la population minoritaire à la croissance la plus rapide de l'Arkansas. Tyson Foods de Springdale est le plus grand transformateur de poulet à griller du pays.

1991: Le 3 octobre, le gouverneur Clinton annonce qu'il se présentera à la présidence des États-Unis. Le lieutenant-gouverneur Jim Guy Tucker devient gouverneur par intérim en l'absence de Clinton. Le 18 octobre voit le dernier numéro de l'Arkansas Gazette, le "plus ancien journal à l'ouest du Mississippi."

1992: Bill Clinton est élu 42e président des États-Unis. Le lieutenant-gouverneur Jim Guy Tucker devient gouverneur.

1994: Jim Guy Tucker est élu gouverneur Sharon Priest est la première femme élue au poste de secrétaire d'État de l'Arkansas.

1996: Le républicain Tim Hutchinson est élu au Sénat américain, le premier de son parti depuis plus de 100 ans à représenter l'État à Washington. Le gouverneur Tucker démissionne de son poste en juillet et est remplacé par le lieutenant-gouverneur républicain Mike Huckabee. En novembre, Bill Clinton est réélu à la présidence.

1997: Des cérémonies à Little Rock Central High School marquent le quarantième anniversaire de la crise de la déségrégation.

1998: Mike Huckabee est élu gouverneur.

Chronologie de l'histoire de l'Arkansas du 21e siècle

2000: L'Arkansas renvoie une majorité républicaine lors du vote présidentiel.

2002: Wal-Mart, basée à Bentonville, est identifiée comme la plus grande entreprise au monde.

2008: Mike Huckabee est candidat à la présidence des États-Unis. Il est battu aux élections primaires. Le premier Afro-Américain est élu président des États-Unis : Barack Obama.

Source : Secrétaire d'État de l'Arkansas. Voir également Arkansas Department of Heritage pour plus d'informations.


Arkansas

10 plus grandes villes (2013) : Little Rock, 197 357 Fort Smith, 87 650 Fayetteville, 78 960 Springdale, 75 229 Jonesboro, 71 551 North Little Rock, 66 075 Conway, 63 816 Rogers, 60 112 Pine Bluff, 46 094 Bentonville, 40 167

Centre géographique : Dans Pulaski Co., 12 mi. SO de Little Rock

Nombre de comtés : 75

Plus grand comté par population et superficie : Pulaski, 388 953 (2012) Union, 1 055 milles carrés.

Population résidente au recensement de 2010 (rang) : 2,915,918 (32). Homme: 1,431,637 Femelle: 1,484,281. Blanche: 2,245,229 (77.0%) Le noir: 449,895 (15.4%) Indien américain: 22,248 (0.8%) Asiatique: 36,102 (1.2%) Autre course : 99,571 (3.4%) Deux courses ou plus : 57,010 (2.0%) Hispanique/Latino : 186,050 (6.4%). 2010 population 18 ans et plus : 2,204,443 65 ans et plus : 419,981 âge moyen: 37.4.

L'Espagnol Hernando de Soto a été parmi les premiers explorateurs européens à visiter le territoire au milieu du XVIe siècle, mais c'est un Français, Henri de Tonti, qui a fondé en 1686 la première colonie blanche permanente, l'Arkansas Post. En 1803, la région a été acquise par les États-Unis dans le cadre de l'achat de la Louisiane.

Faisant partie du territoire du Missouri à partir de 1812, la région est devenue une entité distincte en 1819 après l'arrivée de la première grande vague de colons. Les décennies suivantes ont été marquées par le développement de l'industrie du coton et la propagation du système de plantation du Sud à l'ouest de l'Arkansas. L'Arkansas a rejoint la Confédération en 1861, mais à partir de 1863, la partie nord de l'État a été occupée par les troupes de l'Union.

Les produits alimentaires sont le plus grand secteur d'emploi de l'État, suivis de près par le bois et les produits du bois. L'Arkansas est également un leader dans la production de coton, de riz et de soja. Elle possède également la seule mine de diamants active du pays située près de Murfreesboro, elle est exploitée comme une attraction touristique.

Le parc national de Hot Springs et la rivière Buffalo National dans les Ozarks sont les principales attractions de l'État. Les cavernes de Blanchard Springs, le musée historique de l'Arkansas à Little Rock, le lieu de naissance de William J. Clinton à Hope et le centre folklorique de l'Arkansas à Mountain View sont également intéressants. La nouveauté de 2011 est le Crystal Bridges Museum for American Art, conçu par Moshe Safdie, qui abrite la collection de l'héritière de Walmart, Alice Walton.

En 2008, l'Arkansas a rejoint la liste malheureuse des États qui ont subi des fusillades dans des écoles : quatre hommes ont été inculpés de meurtre qualifié et d'autres crimes pour la mort par balle de deux étudiants et la blessure d'un troisième près d'un dortoir de l'Université de Central Arkansas.

Des crues soudaines ont balayé la zone de loisirs d'Albert Pike, tuant 19 personnes en 2010. Un an plus tard, le fleuve Mississippi a inondé plus d'un million d'acres et 63 comtés ont été déclarés zones sinistrées.


Notre histoire

CLEBURNE COUNTY, ARKANSAS, le plus jeune (75e) de l'État, a été créé le 20 février 1883, et nommé en l'honneur du major général Patrick R. Cleburne. Le major-général Cleburne entra dans le service confédéré à partir de 1861 en tant que colonel de la First Arkansas Infantry et atteignit le grade de major-général.

En cette ère de rectitude politique, de révisionnisme historique et de censure sociale auto-imposée, certains pourraient soutenir que Cleburne, le plus haut rang des « des milliers d'indigènes irlandais qui ont servi pendant la guerre civile », ne devrait pas être honoré parce qu'il combattu pour le Sud, et ainsi, dira-t-on, défendit l'esclavage.

Un tel argument serait mal informé. Au contraire, Cleburne ne devrait pas seulement être rappelé, mais chéri et imité pour sa défense de la liberté. Comme la plupart des hommes qui ont combattu pour le Sud, Cleburne n'a jamais possédé d'esclave.

Pour jouer, maintenez enfoncée la touche Entrée. Pour arrêter, relâchez la touche entrée.

Cliquez sur les flèches pour voir plus de photos. Cliquez sur l'image pour voir l'image plus grande.

Le paysage du comté est accidenté : montagneux au nord et accidenté et vallonné au sud. Le barrage hydroélectrique de Greers Ferry, un réservoir de 40 000 acres, a fait place à un boom récréatif qui s'est poursuivi de façon constante depuis 1963. Des milliers de visiteurs visitent cette région chaque année. La pêche, la navigation de plaisance et la chasse dans la région sont importantes. Un centre d'accueil des visiteurs, une écloserie nationale de truites arc-en-ciel, le barrage et la centrale électrique, et un sentier naturel ainsi que la petite rivière rouge glacée remplie de truites en font un endroit populaire. À Heber Springs, un parc municipal de 10 acres comprend sept sources minérales. Le palais de justice magnifiquement restauré, qui se trouve sur la place de la ville, est inscrit au registre national des lieux historiques. Le développement industriel, l'élevage de bétail et de volaille et le tourisme constituent la base économique du comté. Des tournois de pêche, des conventions, des réunions et des expositions d'artisanat offrent un divertissement familial aux citoyens locaux ainsi qu'à de nombreux visiteurs. Les samedis soirs s'animent à Heber Springs avec de la musique country.

Société historique du comté de Cleburne

Pour en savoir plus sur notre histoire, visitez : http://www.cleburnehistory.info/

La Cleburne County Historical Society est située au 102 E Main Street à Heber Springs. Ils ont un merveilleux musée et une bibliothèque de recherche.

L'ancien bureau de poste historique a été construit en 1937 en tant que bâtiment fédéral, abritant un bureau de poste au rez-de-chaussée et des bureaux du ministère de l'Agriculture au sous-sol. Le bâtiment a été agrandi en 1962 et vendu au comté lorsqu'un nouveau bureau de poste a été construit en 1991. Le comté a utilisé le bâtiment comme tribunal de district jusqu'en 2013, puis il a servi d'emplacement temporaire pour la bibliothèque du comté. Le comté et la Société historique se sont associés pour établir un centre historique de comté à cet endroit. La fresque originale du bureau de poste, peinte en 1939, a été restaurée à son emplacement d'origine dans la zone du musée.


Histoire de l'Arkansas - Histoire


Horizon de Little Rock par Bruce W. Stracener

Le premier Européen à arriver en Arkansas était l'explorateur espagnol Hernando de Soto en 1541. De Soto a pris contact avec les populations locales et a visité la région qui s'appelle aujourd'hui Hot Springs, Arkansas. Ce n'est que plus de 100 ans plus tard que la première colonie européenne a été établie lorsque l'explorateur Henri de Tonti a construit l'Arkansas Post en 1686. De Tonti deviendra plus tard connu comme le « père de l'Arkansas ».

L'Arkansas Post est devenu une base centrale pour les trappeurs de fourrures de la région. Finalement, plus d'Européens ont déménagé en Arkansas. Beaucoup cultivaient la terre tandis que d'autres continuaient à piéger et à faire le commerce des fourrures. La terre a changé de mains entre la France et l'Espagne, mais cela n'a pas beaucoup affecté les colons.

L'achat de la Louisiane

En 1803, Thomas Jefferson et les États-Unis ont acheté une grande région de terres à la France appelée Louisiana Purchase. Pour 15 000 000 $, les États-Unis ont acquis toutes les terres à l'ouest du fleuve Mississippi jusqu'aux montagnes Rocheuses. La terre de l'Arkansas a été incluse dans cet achat.

Initialement, l'Arkansas faisait partie du territoire du Mississippi avec l'Arkansas Post comme capitale. En 1819, il est devenu un territoire distinct et une nouvelle capitale a été établie à Little Rock en 1821. Le territoire a continué de croître et le 15 juin 1836, il a été admis dans l'Union en tant que 25e État.


Rivière nationale Buffalo du Service des parcs nationaux

Lorsque l'Arkansas est devenu un État, il a été admis en tant qu'État esclavagiste. Les États esclavagistes étaient des États où l'esclavage était légal. Lorsque la guerre civile a commencé en 1861, environ 25% des habitants de l'Arkansas étaient des esclaves. Les habitants de l'Arkansas ne voulaient pas faire la guerre au début et ont d'abord voté pour rester dans l'Union. Cependant, en mai 1861, ils ont changé d'avis et ont fait sécession de l'Union. L'Arkansas est devenu membre des États confédérés d'Amérique. Plusieurs batailles ont eu lieu en Arkansas pendant la guerre civile, notamment la bataille de Pea Ridge, la bataille d'Helena et la campagne de la rivière Rouge.

La guerre civile prit fin avec la défaite de la Confédération en 1865. L'Arkansas fut réintégré dans l'Union en 1868, mais une grande partie de l'État avait été endommagée par la guerre. La reconstruction a pris des années et des marchands de tapis du nord sont arrivés et ont profité des pauvres du sud. Ce n'est qu'à la fin des années 1800 que la croissance des industries du bois et de l'exploitation minière a aidé l'Arkansas à se rétablir économiquement.

Dans les années 1950, l'Arkansas est devenu un centre du mouvement des droits civiques. Un événement majeur pour les droits civiques a eu lieu dans l'Arkansas en 1957 lorsque neuf étudiants afro-américains ont décidé de fréquenter un lycée entièrement blanc. Ils s'appelaient les Little Rock Nine. Au début, le gouverneur de l'Arkansas a tenté d'empêcher les élèves de fréquenter l'école, mais le président Eisenhower a envoyé des troupes de l'armée américaine pour protéger les élèves et s'assurer qu'ils puissent aller à l'école.


Manifestation pour l'intégration de Little Rock par John T. Bledsoe


Contenu

Découverte et règlement Modifier

Les membres de nombreuses tribus amérindiennes se rassemblaient dans la vallée depuis un nombre incalculable d'années pour profiter des propriétés curatives des sources thermales. [6] [7]

En 1673, le Père Marquette et Jolliet explorent la région et la revendiquent pour la France. Le traité de Paris de 1763 céda les terres à l'Espagne, mais en 1800, le contrôle fut rendu à la France jusqu'à l'achat de la Louisiane en 1803.

En décembre 1804, le Dr George Hunter et William Dunbar ont fait une expédition aux sources, trouvant une cabane en rondins isolée et quelques abris rudimentaires utilisés par les personnes visitant les sources pour leurs propriétés curatives. En 1807, un homme du nom de Prudhomme devint le premier colon des sources chaudes modernes, et il fut bientôt rejoint par John Perciful et Isaac Cates.

Le 24 août 1818, les Amérindiens Quapaw ont cédé les terres autour des sources chaudes aux États-Unis dans un traité. Après que l'Arkansas soit devenu son propre territoire en 1819, la législature territoriale de l'Arkansas a demandé en 1820 que les sources et les montagnes adjacentes soient mises de côté en tant que réserve fédérale. Twelve years later, in 1832, the Hot Springs Reservation was created by the United States Congress, granting federal protection of the thermal waters. The reservation was renamed Hot Springs National Park in 1921.

Guerre civile Modifier

The outbreak of the American Civil War left Hot Springs with a declining bathing population. [8] After the Confederate forces suffered defeat in the Battle of Pea Ridge in March 1862, the Union troops advanced toward the Confederate city of Little Rock. Confederate Governor Henry M. Rector moved his staff and state records to Hot Springs. Union forces did not attack Little Rock, and the government returned to the capital city on July 14, 1862.

Many residents of Hot Springs fled to Texas or Louisiana and remained there until the end of the war. In September 1863, Union forces occupied Little Rock. During this period, Hot Springs became the prey of guerrilla bands loosely associated with either Union or Confederate forces. They pillaged and burned the near-deserted town, leaving only a few buildings standing at the end of the Civil War. [9]

Rebuilding Edit

After the Civil War, extensive rebuilding of bathhouses and hotels took place at Hot Springs. The year-round population soared to 1,200 inhabitants by 1870. By 1873 six bathhouses and 24 hotels and boardinghouses stood near the springs. In 1874, Joseph Reynolds announced his decision to construct a narrow-gauge railroad from Malvern to Hot Springs completion in 1875 resulted in the growth of visitation to the springs. Samuel W. Fordyce and two other entrepreneurs financed the construction of the first luxury hotel in the area, the first Arlington Hotel, which opened in 1875. [9]

During the Reconstruction Era, several conflicting land claims reached the U.S. Congress and resulted on April 24, 1876, Supreme Court ruling that the land title of Hot Springs belonged to the federal government. Protests ensued. To deal with the situation, Congress formed the Hot Springs Commission to lay out streets in the town of Hot Springs, deal with land claims, define property lines, condemn buildings illegally on the permanent reservation (now the national park), and define a process for claimants to purchase land. The commission surveyed and set aside 264.93 acres (1.0721 km 2 ) encompassing the hot springs and Hot Springs Mountain to be a permanent government reservation. Another 1,200 acres (4.9 km 2 ) became the Hot Springs townsite, with 700 acres (2.8 km 2 ) awarded to claimants. The townsite consisted of 196 blocks and 50 miles (80 km) of streets and alleys. The remaining portion of the original four sections of government land consisted of hills and mountains which were mostly unoccupied, and Congress acted on the commission's recommendation in June 1880 by adding those lands to the permanent reservation. [9]

Baseball in Hot Springs Edit

Hot Springs has a rich baseball history. During the early 20th century, Hot Springs was known for baseball training camps. Often called the "birthplace" of Spring Training baseball, Hot Springs first welcomed Major League Baseball in 1886, when the Chicago White Stockings (now the Chicago Cubs), brought their coaches and players to the city in preparation for the upcoming season. [10] [11] Chicago White Stockings' President Albert Spalding, the founder of A.G Spalding, and player/manager Cap Anson introduced the concept of players having training and fitness before the start of the regular season, This move gave credit to Hot Springs being called the "birthplace of spring training baseball". Both Spalding and Anson, liked the city and the natural springs for their players. They first played in an area behind what is now the Garland County Courthouse on Ouachita Avenue at was called the Hot Springs Baseball Grounds. Many other teams followed Chicago and soon began training in Hot Springs [12]

Needing additional venues for teams to play, Whittington Park was built in 1894, followed by Majestic Park (1908) and Fogel Field (1912). 134 members of the Baseball Hall of Fame are documented to have trained or played, in Hot Springs. The Cleveland Spiders, Pittsburgh Pirates, Brooklyn Dodgers, Chicago Cubs, Cincinnati Reds, Detroit Tigers, New York Yankees, St. Louis Cardinals and Boston Red Sox were among the teams that made Hot Springs their home base. [11]

Negro league baseball teams also utilized Hot Springs for Spring Training. The Pittsburgh Crawfords utilized Fogel Field for spring training from 1932 to 1935. Their roster contained Baseball Hall of Fame Inductees Cool Papa Bell, Josh Gibson, Oscar Charleston and Judy Johnson. [13] [14] [15] The Homestead Grays, held spring training at Fogel Field in 1930 and 1931. On their roster were numerous Hall of Fame players: Cool Papa Bell, Josh Gibson, Oscar Charleston, Jud Wilson, Bill Foster, Judy Johnson, Smokey Joe Williams, Willie Wells and Cum Posey. [16]

St. Patrick's Day, 1918, is nicknamed the "Day that changed Baseball Forever."Boston Red Sox' pitcher Babe Ruth hit a long Home Run into the Arkansas Alligator Farm and Petting Zoo that altered the course of baseball history. In the opening exhibition game against Brooklyn at Whittington Park, Ruth (coming off a 24–13 season) was a last minute replacement at first base, his first time at a position other than pitcher. Ruth hit two long home runs that day while playing the field for the first time. His first home run was a long blast that landed in a wood pile. However, his second Home run is legendary in its record setting length and eventual effect on Ruth. It was a shot that traveled an astonishing estimated 573 feet. [17] [18] [19]

After that day Ruth became a hitter, switching from being just a pitcher. In Hot Springs, Ruth could be seen walking the streets, visiting the bath spas, and gambling at the nearby horse track. There is a Ruth plaque both inside and outside the Alligator Farm, as well as a home plate marker at the former Whittington Park across the street. [20]

The Pittsburgh Pirates trained for over a decade at Whittington Park. Hall of Fame shortstop Honus Wagner became a fixture in the city. As evidence of this Wagner purchased and donated basketball uniforms and equipment to Hot Springs High School in 1912. The uniforms were in the Pittsburgh Pirates colors of black and gold and subsequently the high school switched permanently to those colors. Wagner also refereed a basketball game for the school that season, something he would later repeat. [21]

On October 22, 1953, Jackie Robinson played in an exhibition game at Jaycee Park. Having broken Major League Baseball's color barrier in 1947, Robinson's squad played the Negro American League All-Stars that day, losing 14–9. [26]

The First Boys of Spring is a 2015 documentary on the history of Hot Springs Baseball Spring Training. The film features many Hot Springs historical items and references. Produced by Arkansas filmmaker Larry Foley, it is narrated by Hot Springs area native, actor Billy Bob Thornton. [27] [28] [29] The Foley documentary is aired nationally on the MLB Network, first airing in February, 2016. [30]

Today, as part of the Hot Springs Baseball Historic Trail, there are 26 green plaques/markers posted throughout Hot Springs that identify the key people and locations, with an app available to provide live information. [31]

1913 fire Edit

On September 5, 1913, a fire broke out on Church Street a few blocks southeast of Bathhouse Row, near the Army and Navy Hospital. The fire burned southeast, away from the hospital, until the wind reversed an hour later. Racing toward the business section, it destroyed the Ozark Sanitarium and Hot Springs High School on its way across Malvern Avenue. Along the way it consumed the Public Utilities plant, which destroyed the firefighters' water supply. A wide front then was blown toward Ouachita Avenue which destroyed the Garland County Court House. The Hot Springs Fire Department fought alongside the Little Rock Fire Department, which had rushed over on a special train. Despite their efforts, numerous homes, at least a hundred businesses, four hotels, the Iron Mountain Railroad facilities, and the Crystal Theater were destroyed. A rainstorm finally quenched the blaze at Hazel Street. Although Central Avenue was ultimately protected (primarily by desperate use of dynamite), much of the southern part of the city was destroyed. Damage was estimated at $10,000,000 across 60 blocks. [32] [33]

Formation of the Assemblies of God Edit

From April 2–12, 1914 several Pentecostal Christian leaders gathered in Hot Springs to form what became known as the Assemblies of God. It has since grown to become one of the largest Pentecostal denominations in the United States, with 3,146,741 adherents, 12,849 churches, and 36,884 ministers (as of 2014 [update] ). [34]

Gangsters and illegal gambling Edit

Illegal gambling became firmly established in Hot Springs during the decades following the Civil War, with two factions, the Flynns and the Dorans, fighting one another throughout the 1880s for control of the town. Frank Flynn, leader of the Flynn Faction, had effectively begun paying local law enforcement officers employed by both the Hot Springs Police Department and the Garland County Sheriff's Office to collect unpaid debts, as well as to intimidate gambling rivals. This contributed to the March 16, 1899, Hot Springs Gunfight. Of the seven Hot Springs police officers who have been killed while in service of the department, three died during that gunfight, killed by deputies of the Garland County Sheriff's Office. One part-time deputy sheriff was killed also, by the Hot Springs officers. [ citation requise ]

Along with Bathhouse Row, one of downtown Hot Springs' most noted landmarks is the Arlington Hotel, a favored retreat for Al Capone. [35]

Hot Springs eventually became a national gambling mecca, led by Owney Madden and his Hotel Arkansas casino. The period 1927–1947 was its wagering pinnacle, with no fewer than ten major casinos and numerous smaller houses running wide open, the largest such operation in the United States at the time [ citation requise ] . Hotels advertised the availability of prostitutes, and off-track booking was available for virtually any horse race in North America. [ citation requise ]

Local law enforcement was controlled by a political machine run by long-serving mayor Leo P. McLaughlin. The McLaughlin organization purchased hundreds of poll tax receipts, many in the names of deceased or fictitious persons, which would sometimes be voted in different precincts. A former sheriff, who attempted to have the state's anti-gambling laws enforced and to secure honest elections, was murdered in 1937. No one was ever charged with his killing. Machine domination of city and county government was abruptly ended in 1946 with the election of a "Government Improvement" slate of returning World War II veterans led by Marine Lt. Col. Sid McMath, who was elected prosecuting attorney. A 1947 grand jury indicted several owners and promoters, as well as McLaughlin, for public servant bribery. Although the former mayor and most of the others were acquitted, the machine's power was broken and gambling came to a halt, as McMath led a statewide "GI Revolt" into the governor's office in 1948. Illegal casino gambling resumed, however, with the election of Orval Faubus as governor in 1954. Buoyed into 12 years in office by his popular defiance of federal court desegregation orders, Faubus turned a blind eye to gambling in Hot Springs. [36] [37] [38]

Gambling was finally closed down permanently in 1967 by two Republican officeholders, Governor Winthrop Rockefeller and Circuit Judge Henry M. Britt. Rockefeller sent in a company of state troopers to shutter the casinos and burn their gaming equipment. Until other forms of gambling became legal in Arkansas four decades later, [39] Oaklawn Park, a thoroughbred horse racing track south of downtown, was the only legal gambling establishment in Hot Springs and one of only two in the state of Arkansas the other was the Southland Greyhound Park dog track in West Memphis. Both Oaklawn and Southland remain in operation. [40]

Army-Navy Hospital Edit

After the Civil War, the idea of establishing an Army-Navy hospital in Hot Springs was advocated by A.S. Garnett, a former Navy surgeon with a local practice, and John A. Logan, a retired Union general turned politician who was a former patient of Garnett's. In 1884, Logan persuaded Congress to allocate $100,000 for the purpose. Erected under the supervision of Captain J.W. Jacobs, the 100-bed hospital was built of wood and brick in the "pavilion style" that required patients and clinicians to traverse long distances.

After World War I, Congress granted $1.5 million to build a new facility. Built under Captain Edward George, it could hold 500 patients and contained such cutting-edge technology as an X-ray wing and temperature-controlled morgue. The operating rooms and equipment was thought to be the finest in the country.

Yet after the United States entered World War II, the hospital was once again overwhelmed. The Army and Navy arranged to send some overflow to the nearby Arlington and Majestic hotels. The hospital also trained dentists, surgeons, and pharmacists, and housed the first enlisted medical technician school for the Women's Army Corps.The grounds contained a kitchen, living quarters for nurses and physicians. Among the famous people treated at the hospital were Helen Keller and Joe DiMaggio. The hospital was closed on April 1, 1960, likely because local demand dropped. The grounds were sold to the state of Arkansas for one dollar. [41] [42]

Seconde Guerre mondiale Modifier

The military took over the enormous Eastman Hotel across the street from the Army and Navy Hospital in 1942 because the hospital was not nearly large enough to hold the sick and wounded coming in. In 1944, the Army began redeploying returning overseas soldiers officials inspected hotels in 20 cities before selecting Hot Springs as a redistribution center for returning soldiers. In August 1944 the Army took over most of the hotels in Hot Springs. The soldiers from the west-central states received a 21-day furlough before reporting to the redistribution station. They spent 14 days updating their military records and obtaining physical and dental treatment. The soldiers had time to enjoy the baths at a reduced rate and other recreational activities. The redistribution center closed down in December 1945 after processing more than 32,000 members of the military. In 1946, after the war, the Eastman was demolished when the federal government no longer needed it. [9]

21e siècle Modifier

In 2013, the metro was ranked by Forbes as one of the top "small places for business and careers", citing a low cost of doing business, high job growth and an educated workforce. [43] The first cannabis dispensary in the state opened in May 2019 in the city. [44]


History & Culture

Our History & Culture section is laid out in table format in order to present the large amount of content we have available in a more organized manner. Any questions, comments and/or corrections are welcome and greatly appreciated and will be responded to in a timely manner. Also, if you have information related to the scope-of-history covered by the Fort Smith National Historic Site, please feel free to submit it for review and possible addition to the site (credit is given where credit is due!)

The history of the Fort Smith area abounds with tales of heroism, battles, and social justice. Walk where soldiers drilled, reflect along the Trail of Tears overlook, and stand where justice was served and carried out. There are many individuals who made history at Fort Smith, and their actions and attitudes can serve both as inspiration and lessons learned. The Fort Smith National Historic Site includes the remains of two frontier forts and the Federal Court for the Western District of Arkansas. Judge Isaac C. Parker, known as the "hangin' judge," presided over the court for 21 years.


Histoire

Boone County, Arkansas was founded on April 9, 1869, making it the 62nd county formed in the state of Arkansas. Becoming part of the United States with the Louisiana Purchase, that area was part of the Missouri Territory in 1812 when Louisiana was admitted as a state.

When Arkansas became a territory, the area was part of Lawrence and Izard counties before Carroll County was established in 1833. The land that became Boone County had a small strip in Marion County and a much larger portion in Carroll County. The Arkansas legislature created Boone County from Carroll County in 1869 and added the Marion County portion in 1875.

With almost 592 sq. miles of land and 10.6 sq. miles of water, the county has grown from 7,032 in the 1870 census to now boasting a population of 36,903 during the 2010 census.

Located in the northwest portion of the state, Boone County is located entirely within the Ozark Mountains, with the Boston Mountains to the south and portions of Bull Shoals Lake and Table Rock Lake located in the northeat and northwest corners. With Crooked Creek, a great place for bass fishing, running through the county from south to east.

Some believe Boone County was named after Daniel Boone, but this is not the case. In fact, the original name of the county was Boon and the "e" was added years later. Originally, it was named Boon because it was believed it would be a "boon" for all who moved there.

Col. Marcus LaRue Harrison, for whom the City of Harrison is named, was born in Groton, New York, the son of Marcus Harrison, a Presbyterian minister and anti-slavery activist. Harrison's childhood was spent in various locations in New York, Michigan and Illinois. By 1850 he had settled in Nashville, Illinois.

During the 1850's, Harrison was involved in the railroad business, working for the Burlington and Missouri River Railroad as master of buildings and car repairs. In 1861, Harrison enlisted in the thirty-sixth Illinois Volunteer Regiment as a private. He accompanied that unit to southern Missouri and was made an acting lieutenant of engineers to build defenses around Springfield. During the summer of 1862, he received permission to organize Arkansas Unionist refugees in southern Missouri into the First Arkansas Calvary Regiment. During the war, the Regiment saw action in battles at Prairie Grove and Fayetteville and at other battle sites in northwest Arkansas. As colonel, Harrison commanded the unit throughout its existence. Fayetteville became the headquarters of the unit, which was charged with responsibility for the occupation of Benton, Carroll, Madison, Marion, Newton, Searcy and Washington counties. Pacification of this badly divided region involved countering the activities of guerrilla bands, an endeavor to which Harrison was willing to apply innovative and controversial techniques.

After the war, Harrison played a key role in the promotion of the Pacific and Great Eastern Railroad, a line projected to run from the Missouri boot heel to the western boundary of Arkansas. Harrison took the title of chief engineer for the company and acted as its lobbyist in the state legislature and the U.S. Congress.

As he led a surveying party for his company across the Crooked Creek area of north central Arkansas, Harrison was aproached by a group of real estate promoters to plan a town for them. In return, the promoters named the town Harrison, and a nearby post office was likewise re-designated. After the new town was incorporated, it became the seat of the newly created Boone County.


History of Arkansas - History

Quapaw land stretched on both the east and west banks of the Mississippi River when the Marquette-Jolliet expedition from Canada first encountered members of this tribe in 1673. According to accounts from the explorers, the French were invited to the village of Kappa, some miles north of the mouth of the Arkansas River, and were offered a calumet, or peace pipe, to smoke, an important ceremony for forging alliances. The French called the Quapaws the “Arkansas,” the Illini word for “People of the South Wind,” and so named the river and the countryside after them.

Trade with the French became common for the tribe, and in 1686, a fur dealer named Henri de Tonti established a trading post at the Quapaw village of Osotouy in order to buy pelts from them. Now, the area is home to the Arkansas Post National Memorial near Gillett , run by the National Park Service. The memorial sometimes hosts events involving the Quapaw Tribe, who educate attendees about their history, beliefs and rituals.

Quapaw community was based around the family, a number of which were grouped into clans through the male line. The clans were divided into two groups, the Sky People and Earth People, each practicing related rituals, the former attending to spiritual concerns and the latter to material well-being. The Quapaws also believed in a force called Wakondah, which held everything in balance. Sedentary farmers, they grew corn, beans, squash, gourds and tobacco. Women were in charge of gardening, and butchered and prepared the hides of animals such as deer, bear and buffalo, which men took in hunting. Men waged war, hunted, fished and conducted community affairs in large "longhouses" constructed of parallel rows of poles connected in an arch and covered with bark.

By the beginning of the 19th century, disease and war had reduced the number of Quapaws to around 500, or perhaps half the count of white settlers. That population pressure on the tribe led to two forced treaties with the United States, in 1818 and 1824, by which their territory was reduced to a fraction and eventually consisted of a reservation in northeastern Louisiana. Suffering under difficult conditions of severe weather and starvation there, many Quapaws returned to Arkansas and pressed claims against the government for possession of their homeland. Finally, with few options and little power to wield, they signed a treaty in 1833 that granted them reservation land in Indian Territory.

The current tribal administration, now led by an elected group called the Quapaw Business Council, is based in the northeastern Oklahoma town of Quapaw.


Virtual Jewish World: Arkansas, United States

The first documented Jewish settler in Arkansas was Abraham Block, who came in 1823 and established a store at Washington, Arkansas (now known as Old Washington State Park), located on the Southwest Trail. He was a fairly wealthy man, husband of Frances "Fannie" Isaacs, whose father, Isaiah Isaacs , was the initial Jewish settler in Richmond, Virginia. Block was acquainted with early Texas luminaries, such as Sam Houston, Davy Crockett, Stephen Austin, and Jim Bowie. Block's neighbor, smithy James Black, forged the famous Bowie knife. (Block's two-story home still stands.) He was followed to Arkansas by the brothers Jacob, Hyman, and Louis Mitchell, who immigrated to Hot Springs in 1830. They became successful merchants, conducting a large business between Fort Smith, Little Rock, and Hot Springs. In 1839 the eldest of the brothers, Jacob, organized a stagecoach line between Little Rock and Hot Springs. Samuel Adler, father of Cyrus Adler , settled in Van Buren in the late 1850s.

From 1830 until the close of the Civil War Jews went to Arkansas sporadically. Some 200 Jewish merchants were in the state by 1860 and more than 70 served in the Confederate Army. Several were captured, and two lost their lives. Max Frauenthal, a Civil War hero, settled at Conway in 1872 and established what became one of the state's largest stores. After 1865 there was a large influx of Jews into the state. A number of towns were named for Jews, including such men as Louis and Joseph Altheimer, Adolph Felsenthal, J.D. Goldman, and Morris Levy, all of whom played vital roles in the state's history. Several sawmill towns were named for Jewish men, such as Henry Berger, Sol Bertig, and Victor Waldstein. At the close of the Civil War, the increase in the number of Jews led to the establishment of congregations throughout the state: Anshe Emeth in Pine Bluff and B'nai Israel in Little Rock formed congregations almost simultaneously in 1866&ndash67 Beth El in Helena (1867) Beth El Emeth in Camden (1869) House of Israel in Hot Springs (1875) Mount Sinai in Texarkana (1876) Temple of Israel in Fort Smith (1880) merged with a second congregation and formed United Hebrew Congregation (1886) Orthodox Shul in Jonesboro (1892) Temple Israel in Jonesboro (1896) Agudath Achim in Little Rock (1904) Beth El in Newport (1904) Dermott Congregation in Dermott (1905) B'nai Israel in Pine Bluff (1907) Sheareth Israel in Hot Springs (1907) Bene Israel in Eudora (1912) B'rith Sholom in Osceola (1912) B'nai Israel in Fort Smith (1913) Tifereth Israel in Forrest City (1914) Marianna Congregation in Marianna (1914) Ahavah Achim in Wynne (1915) Ohev Zedek in El Dorado (1920s) Reform Congregation in El Dorado (1920s) Temple Israel in Pine Bluff (1921) Temple Israel in Blytheville (1936) Beth Israel in El Dorado (1940s) Meir Chayim in McGehee (1947) Beth Jacob in Hot Springs (1950) Temple Shalom in Fayetteville (1981) Lubavitch of Arkansas in Little Rock (1992). The Chabad-Lubavitch Hebrew Academy of Arkansas was opened in Little Rock in 2003 with 16 students. An outstanding philanthropic institution is the Leo N. Levi Memorial Hospital (now Levi Hospital) established in 1914 in Hot Springs.

Twentieth Century

In 1931 the Jews of Arkansas formed a Kehillah-type organization, the Arkansas Jewish Assembly, which sought to strengthen the scattered Jews of the state. Supplying spiritual leaders to small congregations, promoting Jewish educational programs and youth groups, and holding yearly conventions, it was successful until 1951, when Jewish Federations began fulfilling such functions. Jews have occupied important government positions in Arkansas, including Jacob Trieber, United States District Court judge, 1900&ndash27 (first Jewish Federal judge), and Sam Frauenthal, associate justice of the Arkansas Supreme Court. In 1997 Annabelle C. Imber, a Jew by choice, was the first woman elected to the Arkansas State Supreme Court. Many other Jewish citizens have served as mayors, aldermen, councilmen, and state senators and representatives.

Rabbi Ira E. Sanders, leader of Congregation B'nai Israel of Little Rock from 1926&ndash63 (and as rabbi emeritus until his death in 1985), was an outspoken proponent of integration during the 1957 school crisis. He was followed in 1963 by Rabbi E.E. Palnick, who continued the civil rights efforts of his predecessor. Little Rock's Jewish women were prominent workers in the Women's Emergency Committee, which sought to reopen the city's high schools, which were closed by Gov. Orval Faubus after the desegregation order.

Of the 30 documented congregations established in the state between 1866 and 2004, only a few survive. Jewish communities with active congregations are located in Little Rock (3), Bentonville, Fayetteville, Fort Smith, Hot Springs, Jonesboro, and Helena (the latter two have but a handful of adherents).

As of 2017, Arkansas's Jewish population was approximately 2,225.

Sources: Encyclopaedia Judaica. &copier 2008 Le groupe Gale. Tous les droits sont réservés.

M.K. Bauman and B. Kalin, (eds.), The Quiet Voices: Southern Rabbis and Black Civil Rights, 1880s to 1990s (1997), 95&ndash120 C.G. LeMaster, A Corner of the Tapestry: A History of the Jewish Experience in Arkansas, 1820s&ndash1990s (1994), 3&ndash12, 43&ndash46, 51&ndash93, 222&ndash25, 309&ndash31, 374&ndash78 Sheppard, in: Arkansas State Gazetteer (1866), 319&ndash21, 324&ndash29 AJHSP, 3 (1893), 24, 38 6 (1897), 144, 149, 150 19 (1910), 96 Herndon, in: Centennial History of Arkansas, 2 (1922), 23, 100, 136, 396, 739, 895, 984 D.E. Wagoner, Levi Arthritis Hospital: More Lasting Than Marble or Stone (1984).

Téléchargez notre application mobile pour accéder en déplacement à la bibliothèque virtuelle juive


Voir la vidéo: Lor histoire dune obsession 2l3 - Une monnaie pour le monde (Décembre 2021).